Composteur : guide d’achat complet pour bien choisir

Introduction

Nous devrions tous avoir un composteur aujourd’hui pour limiter nos déchets. D’autant plus qu’il existe désormais des modèles de toutes les tailles et adaptés à tous les types de besoins ou conditions de vie. Mais ce n’est pas encore le cas. Cependant si vous aussi vous avez décidé de prendre soin de la planète en réduisant le volume, vous êtes au bon endroit. Nous allons en effet vous proposer un guide complet sur le sujet et vous permettre ainsi de choisir le composteur qui vous convient.

Un composteur mais c’est quoi au juste ? Quels avantages ?

Commençons donc par le début à savoir par définir ce qu’est un composteur. Alors, un composteur c’est un contenant qui facilite la production de compost. Compost que vous réutiliserez ensuite pour vos plantes, votre jardin comme un fertilisant. La production de compost se fait grâce au processus de décomposition naturel des déchets organiques, via un processus de fermentation. Cet engrais naturel pourra donc être utilisé directement dans les cultures.

L’une des caractéristiques essentielles de votre composteur c’est qu’il doit présenter de multiples trous et une ouverture généreuse. En effet, les trous vont permettre une bonne aération tandis que l’ouverture vous permettra de déposer sans problème vos déchets et mélanger votre compost. Une trappe devra aussi permettre la récupération du compost mûr.

Les avantages d’un composteur sont donc multiples. Il s’agit d’un produit écologique car il permet de valoriser vos déchets ménagers tout en diminuant leur quantité et leur volume jeté à la poubelle (moins 50 % environ). Le compost produit sert ainsi d’engrais naturel et remplace efficacement l’engrais chimique. Ce sont donc vos plantes qui vous remercient de cet apport nutritif. Elles vous le rendront par la suite.

Les différents types de composteur

On distingue trois grandes catégories de composteurs aujourd’hui : le bac à compost, le composteur rotatif et le lombricomposteur aussi appelé vermicomposteur ou encore vermicaisse et bac-à-vers.

Le bac à compost 

Il s’agit du composteur le plus économique (en fonction des modèles) mais aussi du plus simple à utiliser. Caractéristiques qui en font donc le plus populaire. Ce type de composteur se présente ainsi sous la forme carrée / rectangulaire ou cylindrique et il est conçu en bois ou en plastique. L’avantage d’un composteur en bois, c’est qu’il est plus esthétique, plus isolant ainsi que plus écologique s’il provient de forêts gérées de façon responsable. Le composteur plastique est donc moins esthétique, il est noir ou vert. Mais il est aussi plus résistant dans le temps. Il peut être écologique car conçu en plastique recyclé et recyclable.

Le composteur rotatif

Le composteur rotatif, de forme cylindrique, est monté sur pieds voire sur roulettes pour en faciliter ainsi le transport dans le jardin. Mais sa particularité c’est sa manivelle qui permet de le faire tourner sur lui-même. En donnant quelques tours de manivelle le compost est donc mélangé, aéré ce qui est indispensable pour accélérer le processus et avoir un compost de qualité. Mélanger le compost est en effet considéré comme laborieux et désagréable pour certains. En plus de cette facilité d’utilisation le composteur rotatif est un composteur express car le compost arrive à maturité plus rapidement. Son principal inconvénient, c’est son prix : il est en effet plus onéreux que les bacs à compost plus ordinaires.

Le lombricomposteur ou vermicomposteur

Un lombricomposteur n’est pas qu’un simple contenant contrairement aux précédents systèmes dont nous vous avons parlés jusqu’à présent. En effet, c’est un élevage ! Vous allez élever des vers afin que ceux-ci se nourrissent de vos déchets quotidiens et les transforment en un super compost, super rapidement : un excellent fertilisant.

Un lombricomposteur va ainsi se diviser en quatre parties. Au quatrième étage on ajoute donc les déchets organiques. Au troisième étage on retrouve ensuite les matières organiques en décomposition, là où se trouve vos habitants. Puis au deuxième on retrouve le compost mûr qui est prêt à l'emploi et au premier étage (enfin le rez-de chaussé) un bac qui va récupérer le jus de compost avec un robinet pour extraire ce dernier. Il faudra ensuite laisser mûrir encore ce jus de compost. Une fois que vous avez suffisamment de compost mûr au deuxième étage, vous le récupérez, et le positionnez au-dessus de la pile et ainsi de suite. Tous les étages sont percés les locataires n’ont donc aucune difficulté pour migrer d’un étage à un autre.

L’avantage principal de ce composteur c’est qu’il offre donc un compost d’une très bonne voire excellente qualité, et plus rapidement qu’avec les autres systèmes. Son inconvénient, reste cependant son prix, plus onéreux et « sa mise en fonctionnement ». Il faut également rajouter l’achat des vers voire le don. Il existe en effet un réseau de donneurs de vers.

Les vers pour le composteur à vers

Qui dit vermicomposteur dit… vers ! Forcément mais de qui parlons-nous ? Des vers-tigres que l’on appelle aussi vers tigrés, vers du fumier ou encore « brandlings ». Ils sont aussi connus sous leur nom scientifique latin avec l’appellation Eisenia foetida ou fetida. Ils sont rouges tachés de gris ou de jaune et bien évidemment, ils se régalent de matières en décomposition. Vous avez cependant une autre possibilité, l’ Eisenia endreï ou andrei, plus connu sous le nom de « ver de Californie ». Ce ver arbore une couleur très rouge et il préfère les matières « fraîches ».

Conseils pour réussir son compost

Pour réussir un bon compost il ne suffit pas d’y mettre un peu près tout et n’importe quoi et puis d’attendre, loin de là. Quelques règles sont en effet à respecter pour que tout se passe bien, voici nos conseils.

Premièrement vous devez éviter les déchets organiques de viandes ou de poissons. En effet, ces derniers vont produire des asticots et mauvaises odeurs. Vous allez donc privilégier les déchets verts mais les déchets verts non traités comme les feuilles mortes, les branches, les légumes, les fruits mais aussi le marc de café, les graines, le thé. Vous éviterez par conséquent le bois traité, les meubles et autres déchets de charpente tout comme les tissus synthétiques, les plastiques, les médicaments ou même le sable. Pour accélérer la décomposition du compost, vous pouvez aussi rajouter de la cendre qui éloignera les insectes intrusifs tandis que l’ajout d’orties fera monter la température du compost plus rapidement.

Il ne faudra pas non plus oublier de mélanger régulièrement votre compost pour l’aérer, au moins une fois par semaine. Placez votre composteur au fond du jardin, un peu à l’écart pour ne pas être dérangé par les odeurs qui peuvent en émaner. Pour le protéger du froid en hiver et du chaud en été recouvrez-le donc de paille et n’hésitez pas à y ajouter un peu d’eau si le tas de compost est trop sec.

Enfin, tâchez d’équilibrer les apports de déchets verts riches en azote et ceux riches en carbone. Les déchets riches en azote sont ceux que l’on appelle les déchets bruns, durs et secs à savoir les branches, les feuilles mortes, le papier, le carton, etc. Les déchets riches en azote sont les déchets verts, mous et mouillés à savoir épluchures de fruits ou de légumes ou encore la tonte de gazon par exemple. Comme les déchets azotés se décomposent plus rapidement, sans apport des déchets riches en carbone pour leur offrir une structure et laisser passer l’air, il se formerait alors une pâte visqueuse et nauséabonde. Il faut donc trouver un juste équilibre le rapport entre carbone et azote est donc de 30 approximativement (entre 25 et 35). Les micro-organismes vont en effet consommer environ 30 fois plus de carbone que d’azote.

Le composteur bois

Le composteur bois est une solution à la fois écologique et esthétique. Écologique bien sûr dans la mesure où le bois provient d’une forêt écologiquement gérée, des forêts cultivées. Pour vous en assurer vérifier la présence du label FSC. Le composteur bois sera de préférence en pin (douglas) autoclavé. Il sera également traité contre l’humidité afin de résister plus longtemps aux intempéries. Mais bien évidemment traité naturellement comme avec de l’huile de lin par exemple. D’un point de vue esthétique, il sera beaucoup plus joli dans votre jardin qu’un composteur en plastique.

Votre compost sera ainsi prêt au bout de six mois environ.

Le composteur d’appartement

Vous croyez peut-être que le compostage est réservé à ceux qui possèdent un jardin ? Mais pas du tout ! En effet, il existe aussi différents modèles de composteurs d’appartement.

Le composteur d’appartement le mieux adapté semble en réalité être le lombricomposteur, autrement dit le composteur qui fonctionne avec des vers comme nous en avons déjà brièvement parlé. En réalité, ce composteur fonctionne tout à fait sur le même principe que son homologue d’extérieur. La différence principale étant ici la taille. En effet, le lombricomposteur d’intérieur sera logiquement plus discret. Après c’est donc du pareil au même : vous allez élever des petits vers afin qu’ils dévorent vos déchets verts et les transforment en compost et jus de compost.

Nous retrouvons encore une fois les quatre étages percés que vous ferez tourner au fur et à mesure hormis le rez-de-chaussé, l’étage avec le robinet qui restera donc toujours en bas. Ensuite vous placez les vers au deuxième étage. La nourriture au troisième et pour le moment laissez vide le quatrième. Vos vers vont donc migrer tout seuls vers les étages supérieurs. Une fois qu’ils quittent le deuxième étage et commencent à se nourrir dans le troisième, le compost tombe donc progressivement dans le deuxième étage. Et par conséquent vous déposez vos déchets verts dans le quatrième. Une fois que vous avez récupéré votre compost, vous le positionnez donc de nouveau en haut de la pile (sans le laver, il est déjà plein de micro-organismes. Et ainsi de suite, le cycle se poursuit.

Le lombricomposteur semble être le composteur d’appartement le plus adapté. En effet, bien maîtrisé il ne dégage pas d’odeur. Il ne demande pas non plus un entretien particulier une fois que les rotations sont bien maîtrisées, tout au plus une aération par semaine. Les vers peuvent même rester jusqu’à quatre semaines sans être nourris !

Il existe un autre système de composteur appartement, très populaire également, on nomme « seau Bokashi » ou « composteur à activateur ». En réalité il s’agit ici d’un bac, souvent rectangulaire comparable à une poubelle. Le processus de dégradation des déchets pour obtenir le compost se fait par fermentation anaérobie c’est-à-dire sans oxygène. Ici, les vers sont donc en quelques sortes remplacées par une poudre, le son de Bokashi. C’est cette poudre, composée de micro-organismes qui va donc faire tout le boulot. L’avantage de ce système c’est que la bac est donc plutôt menu et qu’il n’y a pas de vers pour ceux que ces petites bestioles répugnent. Ce système présente par contre différents inconvénients. Tout d’abord, vous devrez acheter de la poudre assez régulièrement. Et d’après certains témoignages, le système dégagerait également de mauvaises odeurs et attireraient les mouches. Il reste cependant très efficace.

Le composteur de cuisine

Le composteur de cuisine est en quelque sorte la version réduite du composteur d’appartement. Cependant lorsque l’on parle de composteur de cuisine on ne parle généralement par d’un vermicomposteur mais d’un composteur avec activateur, du style composteur Bokashi.

Un composteur de cuisine se compose ainsi d’un couvercle hermétique, d’un bac réceptacle où vous déposez les déchets verts, d’un tamis filtrant pour laisser passer le liquide ou « thé de compost », d’un bac récupérateur avec robinet. S’ajoute donc un activateur (poudre de micro-organismes) pour accélérer le processus.

Le fonctionnement est par conséquent très simple. Il suffit en effet de couper les déchets verts en petits morceaux, de les déposer dans le bac réceptacle, de saupoudrer avec l’activateur (cela peut également être un spray), de mélanger le tout et de refermer le couvercle. Au bout de trois jours de macération, vous pouvez déjà extraire du jus qui nourrira vos plantes mais diluez-le.

Le composteur balcon

Parce que situé à l’extérieur, un composteur balcon vous offre plus de possibilités en termes de volume. Il est donc plus adapté aux familles. Et comme il est donc situé sur votre balcon vous souffrirez moins des mauvaises odeurs dans le cas où vous auriez déséquilibré le rapport azote / carbone.

Vous placerez votre composteur balcon de préférence à l’ombre pour éviter les coups de chaleur. C’est en effet important pour que le composteur reste inodore. Toujours pour une question d’odeur vous éviterez d’y mettre des épluchures d’ails, d’oignons ou d’échalotes qui ont une odeur forte. Ortie, marc à café, coquille d’œuf, carton au préalable mouillé seront quant à eux les bienvenus. Comme pour les autres composteurs vous éviterez donc les déchets d’origine animale. Pensez à mélanger votre compost une fois par semaine pour bien l’aérer et vérifier la présence de trou ou d’aération sur les côtés là encore pour permettre une meilleure ventilation. Si nécessaire arroser votre compost qui doit toujours être humide.

Pour votre composteur sur balcon vous pouvez aussi vous tourner vers un lombricomposteur dans la mesure où celui-ci n’est pas exposé en plein soleil toute la journée. Ce dernier doit impérativement être opaque car les petites bêtes adorent l’obscurité.

Fabriquer un composteur, c’est possible ?

Bien évidemment, fabriquer un composteur c’est tout à fait possible et nul besoin d’être une star du bricolage.

Par exemple vous pouvez vous-mêmes vous construire un composteur pour balcon dont nous venons tout juste de parler. Et de la plus simple des manières. Il suffit d’avoir un gros pot de fleur du genre 15 litres, de couleur noire de préférence et deux soucoupes. Vous devrez percer le fond de votre pot de fleur si nécessaire afin que le thé à compost puisse s’écouler. Quant aux soucoupes, l’une va donc servir de couvercle et l’autre de réceptacle pour récupérer le jus de compost. Et c’est tout, on ne peut plus simple, non ? Si vous le souhaitez vous pouvez également percer les côtés de votre composteur balcon fait maison pour garantir une meilleure aération. Il n’y a vraiment pas plus simple mais pourtant très efficace et sans odeur. Vous n’avez donc plus aucune excuse !

Voici une autre manière de fabriquer un composteur mais cette fois-ci pour le jardin. Là encore c’est très simple. Il suffit de vous munir de quatre palettes, de fil de fer pour les maintenir ensemble et d’une bâche. Il suffit tout simplement de former un carré avec ces palettes et de les solidariser avec le fil de fer. Votre bâche servira de toit pour protéger votre composteur des intempéries. Les trous des palettes assurent une très bonne aération. Disposez un peu de paille dans le fond et/ou des feuilles. Comme toujours remuez votre compost chaque semaine pour éviter que cela ne pourrisse.

Comment entretenir son compost ? Avoir un bon compost ?

Au niveau de l’entretien de votre compost, rien d’extraordinaire. Comme toujours pensez à le remuer une fois par semaine, l’odeur sera moins forte si votre composteur est muni de trou permettant un bonne aération. Vous pouvez recouvrir les nouvelles épluchures et autres déchets avec un peu de terreau, terre ou tout simplement un carton sec qui servira notamment à conserver l’humidité. N’hésitez pas non plus à arroser votre compost si nécessaire afin qu’il soit toujours humide.

Rapidement vous obtiendrez donc ce que l’on appelle du « thé de compost ». Il s’agit en réalité de l’eau contenue dans les déchets qui se décomposent. Au début ce jus sera clair mais au bout de quelques jours voire semaines, ce jus devrait être de couleur brun (ce qui fait donc penser au thé). Vous pourrez alors l’utiliser pour arroser vos plantes mais vous devrez le diluer tant il est puissant : 1 volume de thé de compost pour 10 volumes d’eau.

Le compost lui sera beaucoup plus long à se former. Plusieurs mois sont en effet nécessaires, généralement six à douze. Il sera prêt lorsqu’il sera meuble, qu’aucun déchet ne soit plus visible et qu’il sente l’humus comme dans un sous-bois. Mais pour accélérer les choses vous pouvez là encore faire appel aux Eisenia Andrei, les fameux lombrics super star du compostage.

Où placer son composteur ?

Qu’il soit en plastique ou en bois, d’extérieur ou d’appartement, votre composteur apprécie l’ombre. Et oui, avec ou sans vers de terre, votre composteur n’appréciera pas forcément les coups de chaleur. Comme nous vous l’avons déjà dit vous pouvez d’ailleurs le recouvrir de paille pour le protéger en été comme en hiver d’ailleurs. Ça lui rajoutera qui plus est une touche champêtre plutôt sympa.

Niveau placement toujours, il est préférable de le positionner dans un coin reculer de votre jardin pour éviter d’éventuelles mauvaises odeurs mais il devra toujours être accessible. Prenez également en compte vos voisins.

Que mettre et ne pas mettre dans son composteur ?

Nous avons fait allusion à plusieurs reprises aux déchets que vous pouviez mettre ou non dans votre composteur. Il nous semblait cependant important d’y revenir de manière plus claire et détaillée.

Ainsi, vous pouvez mettre dans votre composteur tout vos déchets organiques non-animal à l’exception des pelures d’agrumes trop acides. C’est-à-dire les épluchures de fruits et légumes, les coquilles d’œuf, le marc de café avec son filtre, le thé (même avec le sachet à condition d’enlever l’agrafe, le pain, les cendres, les fleurs fanées et les déchets du jardin que vous n’avez bien évidemment pas traités. Les mauvais herbes y trouvent même leur place à condition bien sûr qu’elles ne soient pas porteuses de graine.

À l’inverse, vous éviterez donc de mettre les déchets organiques d’origines animales comme les restes de viande, le jambon, les volailles mais aussi les arrêtes de poisson. Mais vous ne mettrez pas non plus les produits laitiers, les plantes malades ou encore les mauvais-herbes porteuses de graines.

Quelles critères prendre en compte pour choisir un bon

Le lieu du composteur

Le premier critère à prendre en compte c’est bien évidemment le lieu où vous allez placer votre composteur. Comme vous l’avez certainement compris, vous n’achèterez pas le même composteur si vous allez le mettre dans votre jardin, sur le balcon ou dans la cuisine.

Les dimensions / le volume du composteur

Vous adapterez donc les dimensions de votre futur composteur au lieu où il prendra place. Composter c’est génial, mais c’est pas une raison pour perdre la moitié de son balcon… De même un composteur de 600 litres ne vous servira pas à grand chose si vous vivez seul. Vous devez donc aussi adapter le volume au nombre de personnes qui vivent dans le logement, sur une base de 100 litres par personnes.

Le type de composteur

Vous connaissez désormais les trois grandes catégories de composteur. Ils sont tous plus ou moins adaptables au lieu de vie sauf peut-être le modèle cylindrique qui ne l’est pas dans dans un appartement. Donc c’est vraiment une question de goût et aussi de budget.

Le prix d’un composteur

Justement, de quel budget disposez-vous ? Seul vous êtes en mesure d’en juger mais dans tous les cas, c’est un investissement vite rentabilisé ne serait-ce qu’avec les économies faites en sac poubelles. Au niveau du composteur à acheter, il en existe donc de tous les prix en fonction des matériaux, du volume, du design, etc. Mais comme vous avez pu le lire, il est possible d’en fabriquer un maison sans se compliquer. Attention tout de même au surcoût : en effet, pour les vermicomposteur s’ajoute le coût des vers, un mélange chaulé, un pain de coco, un matelas d’humidification… Ne vous laissez pas avoir, il existe bien souvent des parades faites maison à tous ces accessoires que l’on veut vous vendre. Et même pour les vers comme on vous l’a déjà dit il existe un réseau de donneurs !

L’aération

Comme vous l’avez vu, l’aération est très importante lorsque l’on parle de compostage. Sans une bonne aération, les déchets vont en effet pourrir, c’est pour cette raison aussi que le mélange est nécessaire. Ainsi, le fond doit être troué mais avec des trous pas trop gros afin de ne pas laisser rentrer souris, taupes et autres. Les côtés également afin de favoriser une bonne circulation de l’air.

Conclusion

Vous avez désormais toutes les informations nécessaires pour choisir le composteur qu’il vous faut et surtout plus d’excuse pour ne pas en avoir un. Type de composteur, composteur pour jardin ou pour appartement, matériaux, vermicomposteur, plus aucun secret… Alors n’attendez plus et mettez-vous au compostage, ça n’a que des bénéfices !