Sianbuckler2195708

Récupérateur d’eau de pluie : le guide d’achat complet pour bien choisir

Introduction

L’eau et plus encore l’eau potable est une denrée de plus en plus rare. Et de nombreuses études démontrent que la situation ne va pas s’arranger dans l’avenir, bien au contraire. Il est donc indispensable aujourd’hui de baisser notre consommation d’eau potable, ne serait-ce que pour le bien des générations futures. Diminuer sa consommation d’eau potable cela veut dire aussi diminuer sa facture, ce qui est toujours bon à prendre. Alors comment faire ? L’une des meilleures manières consiste sans aucun doute à acquérir un récupérateur d’eau de pluie. Mais lequel et comment choisir le modèle dont vous avez besoin ? Pour quel système de récupération, quelle capacité ? Autant de questions auxquelles nous allons désormais répondre.

Un récupérateur d’eau de pluie mais pour quoi faire ?

Comme nous venons donc de vous le dire, pour faire des économies. Des économies d’eau d’une part et des économies en argent d’autre part. En effet, il faut savoir que la consommation d’eau potable moyenne par personne en Occident est estimée à 200 l/jour, énorme. Mais ce qui est tragique c’est qu’environ 50 % de cette eau potable utilisée quotidiennement n’est en réalité pas liée à des besoins de potabilité. Ainsi plus de 100 litres d’eau potable sont gaspillés inutilement pour le nettoyage, l’arrosage, les chasses d’eau (qui sont très gourmandes), le lavage de voiture, la lessive, etc. Autrement dit 100 litres d’eau que vous pourriez récupérer grâce à votre récupérateur d’eau de pluie.

Pour vous donner un ordre d’idée de cette consommation inconsciente d’eau potable, sachez par exemple qu’à chaque fois que vous tirez la chasse d’eau se sont ainsi de 5 à 10 litres qui s’en vont par les égouts, qu’un cycle de lavage représente de 80 à 120 litres d’eau en moyenne, que laver une voiture gaspille 200 litres d’eau et que l’arrosage du jardin c’est environ 1000 litres voire 2000 litres d’eau par heure, si on ajoute la piscine…

Vous commencez désormais à comprendre plus concrètement les enjeux d’un récupérateur d’eau, n’est-ce pas ?

Pour résumer, avec l’eau récupérée par votre récupérateur d’eau de pluie, vous pourrez alors faire bien des choses en fonction des modèles, de la capacité, de l’installation et autres caractéristiques. C’est-à-dire nettoyer, laver, arroser, etc. Justement regardons donc d’un peu plus près les différentes caractéristiques d’un récupérateur de pluie.

La capacité d’un récupérateur de pluie

Acheter un récupérateur de pluie, d’accord, mais lequel ? En effet comment connaître la capacité dont vous avez besoin, comment se décider pour tel ou tel modèle. Tout d’abord vous devez définir le futur usage de votre récupérateur de pluie ou pour le dire d’une autre manière, est-ce qu’il sera raccordé ou non au circuit de votre maison. Si oui, combien d’habitants vivent dans le logement ?

Ainsi, pour vous donner un ordre d’idée voici quelques chiffres. Pour un usage extérieur et un terrain supérieur à 100 m², vous aurez donc besoin d’une cuve de 1500 litres minium. Vous devez en effet partir de la base de 15 l/m² par l’arrosage. Si s’ajoute par exemple le lavage de la voiture, le volume de la cuve doit être plus important.

Pour un usage intérieur, vous devrez opter pour un récupérateur d’eau de pluie d’une contenance minimum de 5000 litres pour 5 personnes. La base est en effet de 1000 litres par personne, donc ajoutez 1000 litres par personnes supplémentaire.

Enfin pour un usage interne et externe, il ne vous reste plus qu’à faire le calcul en prenant ces chiffres de base comme référence. Mais optez toujours pour une capacité supérieure qu’inférieure.

Le type de récupérateur d’eau de pluie

Il existe deux grandes catégories de récupérateurs d’eau de pluie : les récupérateurs d’eau de pluie externes et enterrés.

Le récupérateur d’eau de pluie externe

Aujourd’hui les particuliers choisissent le plus souvent un récupérateur d’eau de pluie externe. En effet, il est beaucoup plus simple à installer. Ainsi, il suffit de le présenter devant la gouttière où sera installé un collecteur qui orientera donc la pluie qui tombe depuis la toiture jusque dans le récupérateur d’eau de pluie. Le trop plein sera quant à lui directement raccordé au regard, là où arrive la descente du toit.

Ce type de récupérateur s’utilise pour un usage externe exclusivement c’est-à-dire pour l’arrosage, le lavage de voiture, d’outil, etc. Fabriqué en polyéthylène ce genre de récupérateur d’eau de pluie a une contenance qui varie généralement de 200 litres à 2000 litres. Un robinet placé en bas de la cuve suffit pour la distribution. Cependant, l’utilisateur peut mettre en place une pompe immergée afin de faciliter l’arrosage du jardin ou permettre l’utilisation d’un nettoyeur haute pression.

Enfin notez que des modèles design sont également disponibles aujourd’hui : amphore, bois, etc.

Le récupérateur d’eau de pluie enterré

La mise en place de telle cuve est beaucoup plus contraignante. En effet la réalisation d’une fouille, travaux de terrassement sont nécessaires. Le récupérateur d’eau de pluie doit en effet être à la fois à proximité d’une descente de toit et d’une entrée pour la canalisation à l’intérieur de votre habitation. Un trop plein devra aussi être raccordé au réseau des eaux pluviales. Un filtre grossier placé en tête de descente et encore un autre (plus fin) en entrée de cuve. De plus une pompe sera aussi nécessaire. Celle-ci pourra être une pompe immergée avec marche/arrêt ou une pompe de surface qui sera extérieure à la cuve et va démarrer automatiquement à la demande d’eau.

Ce type de récupérateur de pluie est par contre beaucoup plus autonome et confortable. En effet, le volume d’eau est généralement beaucoup plus important : plus de 5000 l. Ces récupérateurs peuvent ainsi être en polyéthylène ou en béton.

Quel entretien pour un récupérateur d’eau de pluie ?

Tout d’abord, il faut effectuer une vidange du récupérateur d’eau de pluie au moins une fois par an. Vous allez ainsi prolonger sa durée de vie utile. Ensuite, il faut vérifier régulièrement l’état des filtres et les nettoyer le cas échéant afin d’éviter les problèmes de bouchons et autres soucis au pompage. De même il faut nettoyer la crépine de votre pompe au moins une à deux fois par an. On recommande d’effectuer un nettoyage des descentes de toits et des gouttières pour éviter mousse et autres déchets organiques. Enfin, pour ceux qui ont des hivers rudes une vidange avant l’hiver s’impose pour éviter d’éventuels dégâts causés par le gel.

Quelques précisions légales

Enfin, il est important d’avoir quelques notions vis-à-vis de la légalité. Il faut en effet savoir que si récupérer de l’eau de pluie est totalement légale, cette activité est sujette à quelques réglementations précises. Vous devez ainsi uniquement récupérer de l’eau de pluie provenant des toitures. Interdit par exemple de récupérer de l’eau de pluie d’une cour. De plus à l’exception des annexes non-habitables, comme une cave ou un garage, il est strictement interdit d’avoir un robinet d’eau de pluie avec un robinet d’eau potable. De même une signalétique avec la mention eau non-potable et un pictogramme explicité devra être présent à chaque point de soutirage d’eau de pluie et de WC alimenté par l’eau de pluie.

Ajoutons encore que les robinets d’eau de pluie doivent être bloqués/verrouillé et leur ouverture possible avec un outil grâce à un outil spécifique qui ne sera pas lié en permanence au robinet. Donc pour un usage intérieur l’eau de pluie récupérée ne peut être utilisée que pour alimenter les WC (c’est-à-dire la chasse d’eau), le nettoyage des sols, et le nettoyage du linge. L’eau de pluie ne peut en aucun cas être utilisée pour la consommation alimentaire.

Enfin, si vous avez raccordé votre récupérateur d’eau de pluie au réseau d’assainissement, vous devez impérativement le déclarer à la mairie de votre localité.

Conclusion

Et voilà, vous connaissez désormais l’essentiel à savoir sur un récupérateur d’eau de pluie. Vous avez en effet toutes les informations importantes pour choisir le récupérateur d’eau de pluie vraiment adapté à vos besoins. Alors surtout n’hésitez plus et investissez, vous ferez du bien à votre porte-monnaie mais plus encore à la planète qui en a bien besoin.

Pin It on Pinterest

Share This
Retour haut de page